5929b0e04180c88f0a6bb6c7c2ca4de4c11f6d2f
3fed777d5c88132d0c1dd7ce4fd3c8450179efa2
E40dbad86064dfb77a6fd7da120e20d0631ea2d6
56b57b23125a369f636f435b8d7bcc083c358101
Fermer
cinéma

Lescop

0d32e7d2b25daa6823df965247c7f272be8cc7f1
Après le succès phénoménal de son titre « La Forêt », Lescop a pris le maquis pour emprunter des chemins moins balisés. A nouveau, il sort du bois.

 

On l’avait laissé fuir, presque couler. Passer le coup de cœur pour sa pop au beurre noire, le coup de mou d’un second album paressant lui échapper. Et puis il revient et on sait que les come-back des déchus sont souvent magnifiques. Les sombres étoiles d’Alain Bashung, Daniel Darc et Lou Reed ont tournoyé pendant le KO. Pas de rédemption avec l’album « Rêve parti », mais comme une réappropriation qui passe par la collaboration avec Thibault Frisoni (Bertrand Belin) et Ash Workman (Baxter Dury) à la production. Moins millésimé new-wave à la française, Lescop s’affranchit des références tout en s’épanouissant à l’ombre des Bertrand Belin et Etienne Daho. Une variété moderne et ambitieuse, conjuguant la chanson française sur des déclinaisons pop anglo-saxonnes.

Publié le 26/03/2024 Auteur : Bertrand Lanciaux

 

Vendredi 29 mars, 20h, 11-19€. Le Grand Mix, 5 place Notre Dame, Tourcoing

www.legrandmix.com


Mots clés :