6c898c3a095308f7cd7ca2c364064309588a0c9c
47fbe92e1deb8ad10dbf3ba8467d2dc8b3b6367c
8634fd8be014b6f1699af05dc0ba086c95d82b00
9f50dcf39b7758b16edd0b2f0d9ff61856d6a35d
Fermer
théâtre

Womanhouse / Pauline Sales

Womanhouse / Pauline Sales (2021)
Trois artistes, trois époques se succèdent dans une maison. Les artistes sont des femmes, le propriétaire est un homme. Pauline Sales dessine une fresque de l’évolution de la société sous l’angle de la création féminine.
 

En souvenir d’une photographe qui l’a quitté, Joris ouvre une maison pour accueillir les femmes artistes. Pour quelques semaines, quelques mois, cette maison devient pour elles un abri, un espace de création, mais peut-être un piège aussi, car cette faveur ne va pas sans contrepartie. Inspirée par Womanhouse, une exposition de 1972 en Californie qui posa de manière fondatrice une réflexion sur les enjeux artistiques et politiques de la création féminine, Pauline Sales trouve dans la maison le décor parfait d’un examen approfondi de l’évolution de la société et de la place que les femmes artistes y occupent. Derrière la façade familière de l’espace domestique, des enjeux de pouvoir subtils et complexes se jouent : entre hommes et femmes, entre générations, entre classes sociales. C’est l’évolution de ces rapports dont l’autrice et metteuse en scène brosse le portrait, en y déployant trois époques, trois situations : les années 1950 et leur idéal d’harmonie au foyer, les années 1970 et leurs revendications militantes, le présent, avec ses rêves et ses incertitudes. Pour porter son texte, elle retrouve sa maison à elle : les comédien·ne·s pour lesquel·le·s elle écrit déjà de longue date, trois femmes et un homme qui glissent d’un rôle et d’une époque à une autre pour retracer le chemin parcouru depuis soixante-dix ans — et dessiner les perspectives qui restent à ouvrir.

Publié le 19/05/2021


Mots clés :