théâtre

Je ne voudrais pas déranger

Que se passe t-il lorsqu’on écoute vraiment la parole de personnes dont la mémoire s’effiloche, dont les repères chronologiques s’embrouillent, dont la raison divague ? Comment ces mots a priori sans queue ni tête peuvent-ils être porteurs de sens, de poésie, de violence ?

Un projet culture-santé collectif impliquant 120 EHPAD, 1 auteur et 3 compagnies théâtrales de Nouvelle-Aquitaine.

Le projet «Je ne voudrais pas déranger» déploie ces paroles de malades d’Alzheimer au plateau après un long processus de collecte, d’écriture et de création théâtrale lancé par l’Agence Régionale de Santé, porté par l’OARA et la plateforme Culture & Santé.
A partir de paroles collectées par des professionnel.le.s dans plus de 100 EHPAD, l’auteur Renaud Borderie a construit un texte polyphonique où résonnent les voix des malades mais aussi celle des soignants, des accompagnants.

Trois collectifs de théâtre régionaux s’en sont saisis à leur tour : Zavtra, le collectif Crypsum et le théâtre de l’Esquif. Les deux derniers sont accueillis au Glob Théâtre lors d’une soirée commune et présenteront chacun une forme de 45 minutes.

Collectif Crypsum
MOI JE VOUS SOUHAITE TOUS D’ÊTRE HEUREUX TOUS
Le Collectif Crypsum interroge la notion de « place » : celle qu’on prend, qu’on nous donne, qu’on croit avoir, ou à laquelle on renonce. Au fil d’une journée ponctuée d’événements quotidiens, dans un espace qui n’est défini que par ses horaires et ses règles, deux personnages s’activent selon leurs propres codes en suivant les ordres d’une voix qui organise et surveille.

Théâtre de l'Esquif
LES MAINS CHAUDES
Plus une restitution plus qu’une incarnation, la troupe explore les troubles, les élans, les failles, les irruptions. Comment parler de ces êtres particuliers, et de ce qui chez eux vacille, de ce qui s’efface, de ce qui s’échappe ? Comment donner corps à ces présences, ces regards, ces gestes, qui nous livrent, souvent avec poésie, une part précieuse de notre passé, de ce que nous sommes ?

Publié le 02/05/2019


Mots clés :