62e2931281cbed0ba95bcde00bb3d46a484b0cbe
D24e58878c5cba5416d7ee2c82919c9d21b8bb7e
A331b2cf64ea67ade90932aa5e6b4aa9a99c6970
995a80404b467df6e2bae6414c48b5cf7b90800b
Fermer
danse

1er regard sur Bocarra

1er regard sur Bocarra (2024)
Après plusieurs pièces de groupes explorant la physicalité de la voix, la Portugaise Luísa Saraiva poursuit avec sa nouvelle création, Bocarra (désignant une grande bouche ouverte), son travail sur le potentiel sonore du corps en mouvement et sur l’écoute active. Sur réservation.

Elle convoque pour ce faire les polyphonies féminines d’Espagne et du Portugal, répertoire dont le propos subversif et mélancolique a souvent été gommé par les dictatures du xxe siècle, ainsi que l’ensemble des technologies qui ont cherché à rendre le son tangible : appareils, instruments et autres extensions permettant d’augmenter le potentiel sonore du corps. Le mot « organe » n’est-il pas, en grec, synonyme d’instrument ? Avant sa création à Bordeaux, Luísa Saraiva donne à voir une dernière étape de ce travail, fruit de sa résidence à la chapelle Saint-Vincent à La Rochelle.

Publié le 17/01/2024


Mots clés :