théâtre

Le Tandem : appétit de partage

A5c4096712a00d2d92eb08978f366ccdfc3edf24
Sans bouleverser son engagement autant envers le territoire qu'envers les artistes et le public, le Tandem ne modifie pas son cap pour la saison 20-21. Un parcours en forme d'invitation, à partager bien entendu.

Toujours attentif aux formes inventives du cirque contemporain, le Tandem fait place à Arras à Rémi Luchez, inépuisable acrobate rigolo dans L'homme canon (3 et 4 novembre) pour un moment de fantaisie à partager dès 6 ans. Gaëlle Bourges revient avec O.V.T.R. (On va tout rendre) (5 et 6 novembre) pour une chorégraphie au croisement d'une interrogation de la représentation du corps (notamment féminin) et de l'histoire de l'art, cette fois au travers des Caryatides grecques. En musique Les amazones d'Afrique (7 novembre) partagent leur héritage et leur combat, Kader Attou et sa Symfonia Pieśni Żałosnych (12 et 13 novembre) rend hommage au compositeur Gorecki … au travers de la danse hip-hop. Le rock foufou et familial des Wackids envahit la scène en format Back to the 90's (20-21 novembre). Les moins jeunes ou les amateurs de musique plus ancienne ne sont pas en reste : Vanessa Wagner et Wilhem Latchomia (21 novembre) invitent, au piano, à entendre un programme moderne entre John Adams, Leonard Bernstein, Philip Glass ou Morton Feldman. Musique encore pour la rencontre entre Bertrand Belin et les percussions claviers de Lyon (25 novembre), puis c'est Ousmane Sy dont le Queen Blood (26 et 27 novembre) dessine en mouvements joyeux l'émancipation.

Les paroles impossibles de Yoann Bourgeois (1er et 2 décembre) joue en solo du déséquilibre avec poésie pour un moment de grâce à partager en famille tandis que Renaud Brustlein et H-Burns partage son nouvel album, Midlife dans la salle Reybaz du théâtre d'Arras (3 décembre). Retour au classique avec le Quatuor Diotima pour un programme mêlant Rebecca Sanders-Beethoven (5 novembre). Pierre Déaux, Fragan Gehlker puis Vilvi Rolha combattent la gravité et affrontent le vide en funambules audacieux (6 et 7 décembre) tandis que GhostPoet vient partager sa pop pleine d'ambiances glaçantes ou sensuelles (12 décembre). Avant la fin d'année, Jean-Pierre, Lui, Moi par le Pocket Théâtre déroule une profonde approche du handicap au travers du regard de Thierry Combe sur son frère (du 14 au 18 décembre). Pour la première française du Peer Gynt d'Ibsen né en février à la Schaubühne, l'acteur Lars Eidinger joue seul, traverse les disciplines et livre une performance à la rencontre de la scène et des arts visuels (du 16 au 18 décembre) puis dans Vrai, les compères de la Cie Sacékripa mettent en scène un duo rigolo entre un jongleur et son insaisissable invité (19 décembre). Des yeux aux oreilles, l'automne du Tandem combine poésie autant

légèreté et profondeur avec une attention aux créations d'aujourd'hui et une fidélité à des artistes et des ambitions pas démenties. Des multipistes aux propositions musicales, de créations en découvertes, le cocktail de saison s'annonce savoureux : à consomer sans modération.

Publié le 31/10/2020 Auteur : Guillaume B.

Le Tandem Arras/Douai

www.tandem-arrasdouai.eu

Théâtre d'Arras, place du Théâtre à Arras

Hippodrome de Douai, place du Barlet à Douai


Mots clés : Saison 20-21 Le tandem