6007b9dd6d9de6580d233064a9266b900ecad59f
8b51e901fe0f58528c4ab1c0031512d5424ca9ff
508d70c019c0712383959d6d75a36b337344a92f
7b6ac93f9cde05956de4566acdf90a9a76d9a055
Fermer
restos

Bienvenue Chez Alriq

203706fb04aea150bad282c6e8fe4eea86d88a3b

C'est d'abord une situation, rive droite, tout en bord de Garonne. Des groupes (et des cultures) du monde en guise de digestif. Et puis une ambiance légère, un peu roots, même que Manu Chao s'y est posé pour sa conf' de presse la saison dernière. Autant de bonnes raisons de s'inviter à une table Guinguette Chez Alriq.

Rendez-vous pris donc "Quai de Queyries"... car ici, niveau adresse, pas besoin de passer par quatre chemins. Juste à remonter la rive jusqu'à un improbable écriteau rouge sur fond jaune indiquant la marche à suivre : des routes pavetées dignes du Paris-Roubaix, de grands entrepôts industriels et au bout du chemin, un parking improvisé et une large devanture : vous voilà arrivé à bon port. À l'intérieur une batisse aménagée, dehors un grand jardin, des tables dispersées, des ampoules colorées au-dessus de la tête, au milieu de tout ça un feu de camp consumé, vestige de soirées passées... et un podium couvert, genre bal populaire, customisé à l'envie par les artistes de passage.

MUSIQUE DU MONDE

Ici, c'est Alriq qui reçoit, au calme des berges, vue plongeante à gauche, son agitation, ses places de la Bourse et des Quinconces. Décontracté d'apparence, mais néanmoins sérieux, preuve en est avec les renseignements et vérifications d'usage... Alors cette prog' musicale (pas banale comme première question pour un resto) ? Alriq se présente comme « grand voyageur » et en tant que tel, il s'agit de « continuer le voyage à travers cette musique ». Ce sont des artistes rencontrés au cours de ses périples, d'autres de passage cherchant à « boucher les trous » et peu à peu, le bouche à oreille aidant, un réseau qui se monte et une réputation qui se répand : « au bout d'un moment, les groupes se passaient le mot comme quoi Chez Alriq, on pouvait proposer des choses bizarres, qui sortent de l'ordinaire » se souvient Cécile, chargée de prog', sourire en coin.
Cet été, les bizarreries en question, c'est le Kocani Orkestar (fanfare des Balkans), Salsa Ilegal (Espagne et Amérique du sud), Koudédé ("Touareg de l'Air, Niger"), Maria Teresa (fado do Portugal), le Johnny Weismuller Band... et depuis l'an passé, une fois par an (officiellement du moins) avec La semaine éclectique, du cabaret, du théâtre, des circassiens, histoire de s'ouvrir à d'autres disciplines, y'en aura vraiment pour tout le monde. Voilà pour l'ambiance.

RIVE DROITE ?
Ça sonne incongru... Au départ, un grand voyageur cherchant à se poser, sur du solide, dans sa ville, à Bordeaux. À la recherche d'un terrain pour monter son projet de resto, et finalement les friches portuaires de la rive droite, « les seules abordables ». On le prend pour un fou... un fou qui insiste « jusqu'à ce qu'ils me laissent faire », par dépit, genre "vas-y, casse toi la gueule". Pas évident. Et pourtant au bout de quelques années, ça marche, les budgets s'équilibrent, l'endroit se construit, dans cette même ambiance : « les belles années » (80 et 90) jusqu'à dernièrement une sombre histoire d'acheteurs potentiels du même terrain, « un sale coup qui nous a plombé ». Et de se relever, tant bien que mal, depuis un an, en s'appuyant sur des fondamentaux voulus plus solides.

EN ÉQUIPE
Sur place pour vous servir, un mélange de fidèles et de petits nouveaux, en général vite intégrés à la mentalité en vigueur ici : pas vraiment familial, plutôt « des gens impliqués dans un projet où ils se retrouvent, pour tirer tous dans le même sens ». Et sachant également mettre leurs compétences à profit : ici, on peut faire la plonge et se retrouver le soir à gérer le son pour les différents concerts.
OK, mais qu'est-ce qu'on mange ? À la carte des plats uniques et divers, « de la bonne viande, des lasagnes, de la brandade de morue » (...), des plats du jour intégrés à l'occasion, mais surtout des produits de qualité, « on a fait de gros efforts là-dessus » précise Alriq... Quant au cuistot, lui-aussi c'est toute une histoire : il y a peu, il était encore sur les chantiers, et puis à la radio, entend un chef parler de son métier... Banco ! Il passe ses diplômes et depuis, fréquente ardemment les cuisines. Tout simplement. Et la suite ? « Faire le bilan à la fin de la saison et voir dans quelles conditions on peut repartir »... « et élargir la programmation à de nouveaux artistes » complète Cécile. Convivial et authentique.

Publié le 21/07/2009 Auteur : W. Do Nascimento

Guinguette Chez Alriq, quai de Queyries. Tel : 05.56.86.58.49.


Mots clés : restos