expos

Réenchanter la ville

Réenchanter la ville (2017)
Du 30 juin au 10 septembre, le Musée de la Création Franche propose "Réenchanter la ville", une exposition présentant près de 110 œuvres de son fonds de collection.

Du 30 juin au 10 septembre, en écho au thème d’Agora 2017, « Paysages : paysage en mouvement, paysage en progrès », Réenchanter la ville offre un regard poétique sur l’espace urbain à travers une sélection de 115 pièces de la collection Création Franche. La poésie, la fantaisie et souvent l’humour trouvent leur place dans leur relecture de la ville. En enchantant notre interprétation et notre appropriation de l’espace urbain, l’auteur d’art brut aborde une autre réalité, un autre Commun, ville recomposée par la révision des formes et des usages.

La plongée dans cet univers citadin parfois décalé et surprenant est progressive.

La première salle présente la ville comme un ensemble architectural figuratif : les constructions imaginées par les auteurs sont liées au réel. Les créateurs se font là les observateurs de la ville comme Aldo Gentili, Suzanne Brown ou encore Fernand Barbot. La ville laisse la part belle à l’harmonie entre les hommes et la nature. Ce sont les villes-villages dessinées par Joseph Claret, Giulio Marzi ou Helmut.

La deuxième salle met en avant les véhicules de Jaco Kranendonk, Han Ploos Van Amstel et Willen Van Genk et les circulations de Jeroen Hollander qui deviennent des éléments où l’invention peut être de mise. La vie est présente à travers les fenêtre des bus de Gilles Manero et de Masao Obata ; l’espace urbain est synonyme de rencontres. Une projection du film Martial l’homme bus de Michel Etter montrera comment le réenchantement par les créateurs peut aussi intervenir physiquement dans l’espace urbain.

La dernière salle du rez-de-chaussée offre des espaces de déambulation entre les places de villes imaginées par les créateurs. Ces derniers tels Pol Jean ou Gildas Baudry ont injecté des éléments surprenants dans le réel qui amusent et poétisent un univers routinier et quotidien.

La quatrième salle entraîne le visiteur dans une ville habitée comme espace de théâtre. Au-delà des univers de rencontres et des usages quotidiens, la ville est aussi le lieu de la fête. L’enchantement prend forme par la convivialité des moments partagés : les joyeuses foules de Caroline Lammert, Pauline Ingold ou Agnès Dewaele rappellent que la ville peut aussi être simplement suggérée voire s’effacer derrière des événements de liesse.

Les salles 5 et 6 exposent les cosmogonies personnelles des créateurs. Une présentation documentaire vidéo de six auteurs d’art brut qui sont passés « à l’acte » en bâtissant leur imaginaire au sein de l’espace urbain, comme Danielle Jacqui, Rémy Callot ou La Pinturitas, introduit le propos. L’architecture et la ville sont vues par des auteurs Mario Chichorro ou Jean-Pierre Nadau comme support et sujet de création. Leurs villes rêvées et enchantées viennent clôturer le propos.

 

 

Publié le 19/07/2017