expos

Pascale VERGERON

Pascale VERGERON (2018)
" Autodidacte, j'ai commencé la peinture il y a vingt-cinq ans et avec elle la découverte d'un monde imposant la modification du regard et des angles de vue. Ne plus faire avec ce que l'on sait mais avec ce que l'on voit, donner une autre texture à l'existence, une redéfinition des contours. Le tangible a brouillé les pistes. " Pascale Vergeron

" Je m'incarnai différemment et le besoin de dire entre les lignes du corps s'est ressenti. Ma peinture a donc pris le chemin de la figuration, s'articulant autour de l'humain.

Puis l'opportunité d'exposer dans un théâtre m'a amenée à réfléchir sur la théâtralité ordinaire, celle qu'on trimbale en chacun de nous sur toutes les scènes de la vie, à travers laquelle on s'essaye à être. Des personnages ont pris corps dans le jeu subtil et ambigu de l'entre-deux, entre être et paraître, ombre et lumière, burlesque et tragédie, adoptant souvent une position frontale et affirmée, défi à leur fragilité et leurs errances. Choisir l'ostentatoire pour mieux s'effacer, le mensonge pour décliner ses vérités. Les personnages nous regardent autant qu'on les regarde, nous nous scrutons à l'aune de leurs regards. L'expression d'une intériorité vient susurrer l'extravagance de contrées contenues. Des terres ténues de l'intime aux étendues de nos pertes de vue, les mondes qui nous composent m'appellent au large. Depuis quelques temps, la représentation de l'humain ne se distingue plus par sa théâtralisation mais se destine à une vision plus paysagée. Toujours sous l'emprise du mystère de l'identité, les personnages prennent d'autres lumières. Je tente une ouverture, un suintement, un jus narratif du dedans de nos chairs par le biais de la verve  picturale. Je tends à hausser le ton de la peinture pour qu'y résonnent toutes nos zones, nous ces êtres constellés, ces espaces à inventer. " Pascale Vergeron

Publié le 06/03/2018


Mots clés : peinture